Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2010

Instantané de vie 43 - Fesses-bouc

 

3403311001_f7a8bec808.jpg

 

Fesses-bouc, mon frère, ma soeur, mon ami, mon amie, mon mec, ma nana... Je ne suis plus rien sans toi. Besoin de toi besoin de toi. J'arrive chez moi, plus personne n'existe, pas un sourire, pas un bonjour, je fonce vite vite... Mon PC, j'allume... Fesses-bouc ! C'est à toi que je parle, à toi que je me confie, tu es plus que moi-même, tu es mon âme...

Je n'écoute que toi, je ne vois que toi. Je suis de tous les groupes. Je suis fan de tout. Notre ère est à la communication, alors je communique... Fesses-bouc, sms, msn... Je me fous du monde, mon environnement c'est toi et quand je dors c'est de toi dont mes rêves sont fait. Je mange devant toi, je ris devant toi, tu es mon double, mon miroir, mes sentiments...

Ne me laisses pas, ne m'abandonnes pas. Que ferais-je sans toi ? A qui pourrais-je bien parler ? Comment occuper mon temps libre ?

C'est quoi un livre ?

C'est quoi un ami, un vrai, avec qui l'on parle les yeux dans les yeux ?

Où est donc passé l'être humain ? Cette chose qui parle, qui pleure, qui rit, qui vibre et qui palpite... Cette chose que l'on peut regarder dans les yeux, que l'on peut toucher, sentir, et qui s'invite dans notre espace... Où est-il passé ?

Ne me laisse pas fesses-bouc... C'est si dur de s'ouvrir aux autres... Je ne communique plus, je pianote... Les yeux rivés sur un écran qui n'a pas de coeur et qui m'enchaîne, je pianote. Pas d'alternatives pour m'en sortir, sauf la box qui pète, plus de connexion...

Trop difficile tout seul de stopper ma drogue, j'en ai besoin, comme le boire et le manger... Aidez-moi help au-secours, sans fesses-bouc c'est le manque. Et je tremble et je suffoque. Je manque d'air. Je suis un poisson hors du bocal.

Laissez-moi mon bocal, même s'il est si petit que l'on s'y bouscule. Un peu de nourriture me suffira, j'ai les nageoires qui en frétillent. Et pourtant je sais que vivre dans un bocal n'est rien d'autre qu'un enfermement.

Fesses-bouc... Une prison sans barreaux, une geôle sans geôlier, un simulacre de lien social...

C'est quoi, vivre ?

 

Fabrice. Le 14/10/2009

 

17:46 Publié dans Etats d'âmes | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : vive la vie