Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2009

A

Je ne me ferai pas vacciner. J'aime pas le mercure. J'aime pas les boulots vite fait mal fait. Et puis j'ai déjà eu la grippe. Sais pas si c'est la A, mais ça fatigue. Et le généraliste était débordé ce jour-là. Tous les mêmes symptômes...

Le toubib n'avait pas de masque pour se protéger et avait le sourire... Ca rassure tout de suite. Bien sûr il y a des morts. Comme pour chaque grippe. Qu'elle soit asiatique ou espagnole... Ou martienne... Mais il paraît, aux dernières nouvelles, que cette foutue grippe A serait moins mortelle que le manque d'eau, que le nuage de Tchernobyl, ou qu'un voyage touristique en Afghanistan.


Le chômage et son cortège de crève-la-faim augmente de jour en jour... Il nous reste trois décennies pour sauver nos sols de la désertification... La migration des peuples du tiers-monde augmente chaque jour et est inéluctable. La majorité des peuples est en survivance...

Mais bon... Tant qu'on parle de la grippe A ou d'un malaise vagal, le reste... On s'en tape !!!


Fabrice. Le 18/09/2009

10:54 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags : vive la vie

17/06/2009

Instantané de vie 41 - PLOMB

Plomb fondu - Photo Paris-Match.jpg

Du plomb… qui coule… en fusion… Dans la tête et les membres. Et on devient pesant et lourd. Lourd du poids des années, du poids des erreurs, du poids du manque à vivre. Les bourses molles, la bourse vide, la misère cotée en Bourse. RSA, COTOREP et API, UMP et PMU, la vie est une abréviation. Ne plus vouloir être là, partir, partir maintenant. Faire flamber cette foutue caverne, ce tombeau puant, lacérer les souvenirs et les jeter aux ordures.

 

Du plomb… qui coule… en fusion… Dans les rues, sur les murs, sur les visages blêmes, sur les mains vides, sur les poings qui se serrent, dans les gorges aphones, dans les bouges sordides, sur le clinquant, sur la frime, sur le paraître… Ne pas pouvoir dire, ne pas pouvoir faire, ne pas pouvoir pouvoir. Juste savoir, savoir que c’est impossible et qu’il faut rester là, le cul collé sur la chaise, la colère au fond des yeux. Ne jamais vouloir, c’est pas permis. Pas le droit, c’est interdit, garde tes rêves et mets ton kleenex par-dessus.

 

Du plomb… qui coule… en fusion… Et je suis plombé. Napoléon met des chaussures à semelles compensées et moi je courbe le dos. Pas vouloir, pas pouvoir. Rester là à attendre que l’aigle impérial jette quelques miettes. Regarder les moineaux rapaces s’étriper entre eux. Pas vouloir. Elle est là-bas, moi ici. Pas pouvoir. Pandémie d’un monde fou. Pandémie de la connerie. Ceux d’en haut, ceux d’en bas. Toi tu visites le monde… Toi qui baigne dans les hautes sphères… Tu voyages où bon te semble, tu accumules les kilomètres et crache ton kérosène, sans savoir, avec le pouvoir… Ma vie à moi est proche, même pas à cent bornes, prisonnière des blouses blanches. Et je reste là, c’est pas donné ton pétrole. Et je reste là. Savoir… Pas pouvoir…

 

Du plomb… qui coule… en fusion… Je te l’offre en cadeau, je t’offre mon plomb… Ce n’est ni or ni argent, tu n’as pas l’habitude. Rien que du plomb, pas dans le cœur, tu n’en as pas. Entre les deux yeux je préfère, pour t’empêcher de souffrir. Oui, je te donne mon plomb. Fais-en bon usage. Moi j’ai l’amour, ce que toi tu n’auras jamais, tu ignores même jusqu’à l’essence de ce mot… Amour… Ce n’est ni or ni argent. Ni pouvoir ni conquête. Juste la vie…

 

Fabrice. Le 16/06/2009

18:26 Publié dans Etats d'âmes | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : vive la vie

03/06/2009

Instantané de vie 40 - Anniversaire.

Anniversaire.jpg

Ton anniversaire est là. Dans un coin de ma tête. Il bat comme un cœur fantôme. Tout tes anniversaires sont là... 27... Et voilà le numéro 28. Bientôt 30.

Je ne te le souhaiterai pas. Et tu ignoreras sans doute, en y pensant très fort, la fête des pères. Mais tu sais très bien que la fête des pères, je m'en moque un peu, même si ça fait plaisir. Un jour par an, cela ne me suffit pas, c'est une politesse que j'exècre.

Ton enfance, gravée en moi, ne me quitte pas un seul instant. Tu es sur mes genoux. Tu suces ton pouce. Tu vois le zoo de Vincennes. Je joues de la guitare... Et toi tu chantes.

On fait des enfants. Ils s'en vont et c'est très bien. Le grand dommage, c'est que certains d'entre eux perdent la mémoire, croient tout savoir, détenir la science infuse... Et toi ma fille, en plus, tu es mal accompagnée. Tu sers de béquille à un homme qui ne te mérite pas. Un homme qui n'a du courage qu'après quelques verres. Un lâche... Il t'empêche d'exister et d'être toi enfin.

Que te dire encore ? Que je t'aime ? Que tu me manques ? Tu le sais déjà... Alors je ne vais plus rien dire. Alors je vais faire le mort, puisque c'est ce que tu désires. Tout est dit maintenant. La boucle est bouclée.

Une dernière chose... Avant que tu ne l'apprennes d'une autre bouche... Je vais me marier, avec mon Elle, le 22 mai 2010.

Ton père.

Fabrice. Le 03/06/2009

21:20 Publié dans Etats d'âmes | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : vive la vie

26/05/2009

PEU M'IMPORTE...

Caresses.jpg

 

 

Peu m'importe labours et moissons

Armoiries plaquées sur les écus

Peste noire famine ou pendaison

Quand glissent mes doigts sur sa peau nue...

 .

Les pays les villages voisins

Les contrées d'au-delà des nuages

Ne sont pour moi qu'encor moins que rien

Quand je m'égare entre ses rivages...

Peu m'importe vos lois vos doctrines

La faim des gueux la folie des rois

Les amitiés au goût de latrines

Tant que je vivrais entre ses doigts.

.

 

Fabrice. Le 25/05/09

21/04/2009

Instantané de vie 39 - C'EST LA VIE...

Fillette qui pleure.JPG

 

 

Trente ans… Trente ans passés comme une lettre à la poste. Des joies et des peines… Beaucoup de peines…

Les joies venaient de mes enfants, eux seuls comptaient pour moi. J’ai tout donné pour eux. Je n’ai jamais pensé à moi. Pourquoi faire ? Pourquoi l’ai-je fait ? Je n’en sais rien.

 

C’est la vie…

 

Et les reproches pleuvent maintenant, c’est si facile… Et j’ai fait ci et j’ai fait ça et c’était pas bien. Les enfants oublient vite… Ils oublient et ne savent pas. La vie au quotidien… Les privations, la négation de soi en tant qu’être humain. Ne plus être un homme mais uniquement un père. Un père qui ne doit pas faire d’erreurs sous peine de représailles…

Les enfants ignorent qu’il faut être deux pour les élever. Alors le père se retrouve au tribunal et les jurés ne sont pas tendres. Être le père et la mère, le confident et l’ami, ce n’est pas facile. Alors les gosses s’en sortent avec des fractures… Un mal-être qui les poursuivra longtemps. J’ai fait ce que j’ai pu. Seul. Et je plaide non-coupable.

 

C’est la vie…

 

Oui, je plaide non-coupable. Je ne regrette rien comme dirait la môme Piaf. Le bien le mal tout ça m’est bien égal. Je les ai aimés, je les ai portés, je les ai faits, seul !

J’ai toujours été présent pour eux, à chaque instant de mes jours. Ma vie s’est bornée à être là pour eux. J’ai arrêté de danser, de chanter, de rire, de vivre… Et personne n’y est pour rien. Alors insultez-moi si vous voulez, brisez-moi le cœur… Vous n’aurez pas ma fleur, celle qui me pousse à l’intérieur comme dirait François…

Et puis maintenant c’est à vous de vivre, à vous les mômes… Et on ne peut pas dire que vos débuts soient meilleurs que les miens. Alors je vous attends au virage, je vous attends avec des lardons…

Je vous attends avec votre progéniture et peut-être que là, vous commencerez à me comprendre un peu… Et vous vous direz…

 

C’est la vie…

 

Pour la première fois aujourd’hui je me sens bien. J’existe pour moi et pour elle, elle existe pour elle et pour moi. J’ai enfin trouvé ce que je cherchais. Je suis deux et je suis un. C’est avec elle que j’aurais voulu avoir des enfants. Il est trop tard bien sûr. Mais les dernières années qui me restent je veux les vivre pleinement, à donf… Et je ne permettrai pas qu’on me barre le chemin, une fois encore…

Je me sens un homme pour la première fois de ma vie. Grâce à elle. Elle a confiance en moi. Dites-moi les moutards, est-ce que ce mot vous parle ? La confiance…

Je n’ai plus peur, je suis serein. Je ne sais plus ce qu’est la jalousie… Et pour cause… Mes anciennes cornes m’empêchent parfois de passer les portes.

J’ai toujours été mal accompagné. Et vous les mioches, vous n’y êtes pour rien. Et moi non plus. J’ai fait avec. Je voulais une famille. Cela n’a pas marché, mais ce n’est pas ma faute. Je plaide non-coupable. Je m’en suis voulu. Je ne m’en veux plus. A votre tour de vivre maintenant, et vous ferez des erreurs, et vous vous égarerez en chemin, mais que voulez-vous…

 

… C’est la vie.

 

Et c’est avec Elle maintenant que je vais la vivre.

 

C’est notre vie…

 

(Photo de Greenberg) - Fabrice. Le 20/04/2009

19:09 Publié dans Etats d'âmes | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : vive la vie

01/04/2009

LA VIE...

Savoir Vivre by lucidscarlet.jpg

Elle passe glisse et fout le camp

Se rit de la fièvre des amants

Ignore les rêves des enfants

Se perd en marge des océans.

 

Elle se disperse au gré du vent

S’amuse parfois de temps en temps

Pousse les vieillards au firmament

Se perd dans le verbe rouge sang.

 

Elle saigne avide les faux semblants

Laisse de côté les jours d’avant

Fait la morale aux singes savants

Se perd dans la mémoire des gens.

 

Elle colle aux vertiges troublants

Se love aux branches des amours d’antan

Sanglote aux fleurs des rosiers tremblants

Se perd dans la rage des torrents.

 

Tout bas pourtant sans faire de bruit

Dans les chaumières les galaxies

Au fond des yeux et au bord du cri

On se dit qu’elle est belle, la vie…

 

Le 26/03/2009

 

14:12 Publié dans Mes poèmes | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : vive la vie

17/03/2009

LE MANQUE...

Morgane.jpg

En avalanche en sortilèges

En mascarade en bousculades

En souvenir et en arpèges…

 

En frôlements et en œillade

En frissons en gémissement

En vertiges et en cavalcade…

 

… Le manque de son corps

Fait partie du décor…

 

En nuits trop blanches en matins gris

En glaive privé du fourreau

Sans ses lèvres source de vie…

 

Sans l’odeur du grain de sa peau

En frayeur pâleur tremblements

Sans trace d’Elle ou de ses eaux…

 

… Le manque de son corps

Fait partie du décor…

 

Fabrice. Le 17/03/2009

 

20:08 Publié dans Elle | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : vive la vie

10/03/2009

A L'ARRACHE...

terre grasse.jpg

A l'arrache, en catimini,
En faisant semblant l'air de rien
Arpenter encore le chemin
S'accrocher aux mirages de la vie...

Dévorer les nuages manger les océans
Ecraser la terre grasse de ses mains nues
Savourer ses lèvres à bouche que veux-tu
Oublier l'opulence savoir être un manant...

Ne pas penser ne pas crier, vouloir !
Ne pas pleurer juste rire aux éclats
Gommer les quêtes et prendre son bras
L'accompagner sur la route de l'espoir...

Rien que rester debout face au monde
Cracher sur les haines et sur les peurs
Raccommoder les plaies béantes du coeur
Et vivre sans avoir peur de danser la ronde...

Photo de Céline Bast. Texte de Fabrice. Le 09/03/2009

26/02/2009

Instantané de vie 38 - MES ARBRES...

 

IMGP0009.JPG

Avant...

.

On fait du mal à mes arbres... Je suis rentré du boulot... On ne m'a pas prévenu... Aucun courrier... Mes trois pins maritimes n'ont plus leurs branches ni leurs têtes. Et bientôt le sol sera lisse comme la paume de la main. Le bouleau a disparu. Mon rhododendron étouffe sous des tonnes de branchages. Mon origan a disparu, les plants de myrtilles aussi, et les fraises des bois. Tout est bouleversé. Les cèpes ne pousseront plus, tant pis pour les prochains propriétaires. Ils auront du joli gazon coupé au ciseau... Pas un brin d'herbe plus haut que l'autre... Surtout pas...

.

Mes arbres j'allais les quitter de toute façon, mais les perdre ainsi me fait mal. Ils ont vu rire et jouer mes enfants, les ont protégés du soleil. Et moi je me greffais à leur écorce quand mon coeur explosait de tristesse. J'ai écris des milliers de mots en les respirant. Le cerisier est encore debout, mais il ne sera pas en fleurs cette année...

.

J'évite de regarder par la fenêtre, ça pue la mort...

.

C'est la règle aux H.L.M., tu as juste le droit de payer et d'obéir. Et Monsieur H.L.M. ne rate jamais une occasion pour te dire que tu n'es pas chez toi. Tu es juste toléré...

.

Oui mon amour, il est temps que je parte, que j'aille vivre chez nous... Tu vois, plus personne ne veut de moi ici et c'est bien ainsi...

.

Ici, ce n'est même plus une grotte. C'est un caveau funéraire oublié dans un cimetière abandonné...

.

 

IMGP0859.JPG

Après...

Fabrice. Le 26/02/2009

22:19 Publié dans Etats d'âmes | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : vive la vie

23/02/2009

DEUX...

IMGP0840.JPG

Coucher de soleil - Fabrice

.

Deux épaves fringantes accrochées

Au varech au goëmon

A la chanson des îles

Aux roches écartelées...

.

Deux galets encore ensommeillés

Dans le rugissement des typhons

Dans l'absurdité des villes

Dans les remparts des plages rêvées...

.

Deux goëlands voraces affamés

Agrippés au mât d'artimon

Giflés par les vagues indociles

Tenaillés par la faim de l'être aimé...

.

Deux sirénéens perdus torturés

A la frange des océans mutins

A la lisière des senteurs subtiles

Aux carrefours des mers déchaînées...

.

Deux mutants aux pieds palmés

Qui se cachent aux yeux des humains

Qui se terrent dans des rades inconnues

Qui s'aiment dans les tempêtes retrouvées...

.

Fabrice. Le 23/02/2009

19:30 Publié dans Elle | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : vive la vie